Résumé de La Formule de Dieu de J. R. Dos Santos

La Formule de Dieu 

Le Caire, de nos jours. Le cryptologue portugais Tomás Noronha se voit confier le décryptage d’un manuscrit original. Son nom ? Die Gottesformel, La Formule de Dieu. Son auteur ? Albert Einstein lui-même. L’enjeu ? Le mode d’emploi d’une bombe nucléaire surpuissante. Précipité malgré lui au cour d’une affaire d’espionnage international, Noronha plonge dans les secrets de l’atome. et dans un mystère bien plus grand encore.

Avis d’Aliastasia

Si vous me suivez sur Instagram, vous vous êtes surement rendus compte que ces temps-ci je suis devenue accro aux livres ésotériques et scientifiques. Après « Une Brève Histoire du Temps » de Stephen Hawking, je me suis directement plongé dans le livre « La Formule de Dieu » de J. R. Dos Santos. Vous étiez nombreux à me le recommander car j’avais adoré le livre de Stephen Hawking ! Et je vous avoue que je ne suis pas du tout déçue ! ça a été une lecture INCROYABLE ! Et je vais vous dire pourquoi..

Nous suivons Tomas Noronha, un cryptologue portugais qui par hasard ou pas.. s’est retrouvé embarquer dans une aventure des plus palpitantes ! Il a été choisi pour décrypter un manuscrit écrit par nul autre qu’Einstein lui-même et qui avait pour titre « La Formule de Dieu » !

De pays en pays, d’aventure en aventure, nous sommes transportés dans un voyage scientifique dans l’infiniment grand et dans l’infiniment petit. Le scénario policier laisse à désirer et ne sert que de prétexte pour raconter l’essentiel (oui) : les concepts scientifiques. Ces passages sont très intéressants et instructifs car tous les faits scientifiques sont véridiques et basés sur de vraies théories. Et c’est ça qui est fascinant.

Pour aimer « La Formule de Dieu », il faut avoir une certaine appétence avec les questions telles que le pourquoi et du comment de notre existence, est-ce qu’on est libre de nos actes ou si cela relève d’un déterminisme programmé ou bien même si Dieu existe ou pas.

Il y’a d’ailleurs une réflexion de Kant que j’aime beaucoup et qui dit : « Il y a 3 questions qui ne seront jamais résolues : l’existence de Dieu, l’immortalité et le libre arbitre. » Et dans La Formule de Dieu on va en prendre plein la face ! Et vous allez, je vous l’assure, vous poser des tonnes de questions sur l’Univers et vous oblige à réflexion !

Extraits préférés :

« Au fond, les gens traversent la vie comme des somnambules, ils poursuivent ce qui n’est pas important, ils veulent de l’argent et de la notoriété, ils envient les autres et s’emballent pour des choses qui n’en valent pas la peine. Ils mènent des vies dépourvues de sens. Ils se bornent à dormir, à manger et à s’inventer des problèmes qui les tiennent occupés. Ils privilégient l’accessoire et oublient l’essentiel, dit-il en hochant la tête. Mais le problème est que la mort n’est pas une abstraction. En réalité, elle est juste là, au coin de la rue. Un jour surgit un médecin qui nous dit : » vous allez mourir ». Et c’est là, quand soudain le cauchemar devient réalité, qu’on se réveille enfin. »

« Imaginez qu’un enfant entre dans cette bibliothèque et découvre tous ces livres, rédigés en une langue inconnue, la plupart en latin. Bien entendu, l’enfant sait que quelqu’un a écrit ces livres et qu’ils révèlent des choses, même s’il ignore qui les a écrits et ce qu’ils racontent. D’autant que l’enfant ne connait pas le latin. Il soupçonne que toute cette bibliothèque est régie par un ordre, mais cet ordre lui paraît mystérieux. (il posa la main sur sa poitrine.) Nous sommes semblables à cet enfant et l’univers est comme cette bibliothèque. L’univers contient des lois, des forces et des constantes créées par quelqu’un, dans un dessein mystérieux et selon un ordre incompréhensible pour nous. Nous comprenons vaguement les lois, saisissons les grandes lignes de l’ordre qui régit tout, observons superficiellement que les constellations et les atomes se meuvent d’une certaine façon. Tout comme l’enfant, nous ignorons les détails et n’avons qu’une pâle idée du sens global. Mais il y’a une chose dont nous sommes sûrs : toute cette bibliothèque est organisée avec une intention. Même si nous ne pouvons pas lire les livres, même si nous n’en connaîtrons jamais les auteurs, le fait est que ces oeuvres renferment des messages et que cette bibliothèque est agencée selon un principe intelligent. Il en va de même pour l’univers. »

« N’est-ce pas évident ? s’étonna le physicien. Cela veut dire que ce n’est pas seulement la vie qui s’est adaptée à l’univers. L’univers lui-même s’est préparé à la vie. D’une certaine façon, c’est comme si l’univers avait toujours su que nous apparaîtrons sur terre. Notre chétive existence semble dépendre d’une extraordinaire et mystérieuse chaîne de coïncidences et d’improbabilités. Les propriétés de l’univers, telles qu’elles se trouvent configurées sont des conditions indispensables pour permettre la vie. Ces propriétés pourraient être infiniment différentes. Toutes les autres alternatives conduiraient à un univers sans vie. Pour qu’il y ait vie, un grand nombre de paramètres doivent être réglés sur des valeurs bien spécifiques et très rigoureuses. Et que découvrons-nous ? Ce réglage existe. On appelle cela le principe anthropique.

– Comment ?

– Le principe anthropique, répéta le physicien. Le principe anthropique signifie que l’univers a été créé pour que l’homme puisse y vivre. »

« Kant a écrit un jour qu’il y a trois questions qui ne seront jamais résolues : l’existence de Dieu, l’immortalité et le libre arbitre. »

« Parfois, je pense que la vie n’a aucune valeur, que c’est une chose insignifiante. Je vais mourir et l’humanité ne sentira pas la différence. L’humanité va mourir et l’éternité ne sentira pas la différence. Nous ne sommes que des ombres, de vaines poussières se perdant dans le temps … Mais, d’autres fois, je pense que nous naissons tous avec une mission, que nous jouons tous un rôle, que nous faisons tous partie d’un système. Cela peut être un rôle minuscule, une mission dérisoire, cela peut même nous paraître une vie perdue, mais, après tout, qui peut savoir si une chose aussi infime n’est pas une part essentielle dans la conception du grand gâteau cosmique ?… Nous sommes de minuscules papillons dont le fragile battement d’ailes a peut-être l’étrange pouvoir de générer de lointaines tempêtes dans l’univers. »

Note : 5/5 (Coup de coeur pour l’aspect scientifique) 

  • Date de parution : 02/05/2013
  • Éditeur :
  • Nombre de pages : 720

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *