Résumé de « Révolte de Feu » d’Erika Johansen Tome 2 (Trilogie du Tearling)

Révolte de Feu

Maintenant qu’elle porte la couronne, elle doit sauver le royaume. Au fil des jours, Kelsea Glynn apprend à assumer ses nouvelles responsabilités de souveraine. Mais en stoppant les livraisons d’esclaves à Mortmesne, elle a provoqué la colère de la tyrannique Reine rouge, qui tire son pouvoir de la magie noire. En représailles, son armée attaque le Tearling pour s’emparer de ce qui, selon elle, lui revient de droit. Rien ne peut arrêter l’invasion. Pour la Reine du Tearling, face aux hordes noires qui menacent de déferler sur sa cité et sur son peuple, le temps manque.

Avis d’Aliastasia

Ce deuxième volet de la trilogie du Tearling est encore meilleur que le premier (Reine de Cendres) ! J’ai  vraiment adoré ! Le suspens est à son comble et l’histoire nous tient en haleine du début jusqu’à la fin. J’ai vu l’avis de certains par rapport aux allers/retours entre passé et présent qu’on retrouve dans le bouquin, ils n’ont pas trop apprécié ça, mais moi j’ai été conquise la vérité. Je trouve que c’est nécessaire pour la compréhension de l’histoire, qui a pris un sens dans ce livre et est devenue de plus en plus claire.

Dans Révolte de Feu, on comprend mieux les origines de ce nouveau monde, il y’a des mystères élucidés, des secrets dévoilés et d’autres bien gardés. Le récit est bien ficelé et la lecture est très prenante, une vraie immersion dans cet univers. Kelsea, notre héroïne se retrouve dans une situation où elle doit contrôler le pouvoir qu’elle a et le soumettre à sa volonté pour pouvoir protéger son peuple de l’invasion des Mort.

Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous spoiler, je vous invite fortement à découvrir cette trilogie et à découvrir mon avis sur Reine de Cendres, le premier tome de la saga.

Note : 4,5/5

Extraits préférés

« Voilà, je pense, d’où vient le mal en ce monde, Majesté : de ceux qui croient que tout leur est dû, sans se demander s’ils y ont droit. Ils ne prennent jamais en considération ce qu’il peut en coûter à d’autres. »

« … comment les problèmes du passé, quand ils ne sont pas réparés, deviennent inévitablement ceux de l’avenir. »

« … mais Lily eut soudain un terrible pressentiment. Tous ces gens qui dormaient sur le pont autour d’elle… ils avaient sûrement emporté leurs propres histoires avec eux, leur propre violence. Comment construire un monde meilleur, un monde parfait, si les gens amenaient avec eux les cauchemars du passé ?. »

« Imaginez un monde où il n’y a ni riches ni pauvres. On n’y vit pas dans le luxe, mais chacun a droit à une éducation et à des soins. Dieu ne contrôle rien. Les livres ne sont pas interdits. Les femmes ne sont pas considérées comme des inférieures. La couleur de votre peau, vos origines sociales, ces choses-là ne comptent pas. La gentillesse et l’humanité y règnent. Il n’y a pas d’armes, pas de surveillance, pas de drogues, pas de dettes, et la cupidité n’a de prise sur rien ni sur personne. »

« Nous croyons toujours savoir ce qu’est le courage. Le moment venu, je n’en manquerai pas, et je répondrai à l’appel sans hésiter, nous disons-nous. Jusqu’à ce que, le moment approchant, nous nous rendions compte que ce qu’exige le véritable courage est bien différent de ce que nous avions envisagé, il y’a longtemps, par un clair matin, quand nous nous sentions pleins de bravoure. »

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *